Les capitales occidentales commencent à jauger les candidats à la présidentielle

3
Source :

A moins d’une semaine du coup d’envoi officiel de la campagne électorale, le candidat favori du système à la présidentielle du 12 décembre a accepté de recevoir ce lundi, au siège de sa permanence à Alger, l’ambassadeur d’Espagne en Algérie, indique un communiqué laconique de la permanence d’Abdelmadjid Tebboune adressé à la presse.

Si le communiqué se contente de rapporter l’information, il est clair que l’entretien a porté essentiellement sur l’échéance électorale du 12 décembre prochain, où l’ex-Premier ministre de Bouteflika semble être le candidat favori du pouvoir actuel. Il faut s’attendre à ce que d’autres représentants de pays occidentaux, à la fois inquiets du statu quo qui perdure en Algérie et curieux d’entrevoir les perspectives politiques dans ce pays, viennent rendre visite à Abdelmadjid Tebboune dans les prochains jours.

Lire aussi  Un procès sans précédent

Ce sera aussi l’occasion pour les chancelleries occidentales de prendre le pouls de la situation qui prévaut dans le pays à l’orée de l’élection présidentielle que le pouvoir, incarné par le commandement de l’armée, veut faire passer par la force, face à un rejet massif de la population qui ne manque pas de le rappeler chaque semaine lors des manifestations de plus en plus denses. Les diplomates étrangers ne doivent pas perdre de vue non plus les risques de troubles violents pendant la campagne électorale et le jour même du vote.

Vu sous un autre angle, cette rencontre entre Abdelmadjid Tebboune et le représentant d’une chancellerie étrangère au siège de sa permanence électorale marque un antécédent grave, dans le sens où ce candidat enfreint par là le devoir de réserve que lui impose sa mission, à l’heure où le pouvoir, dans ses discours officiels, ne cesse de dénoncer les appels à l’ingérence étrangère.

Source :

3 Commentaires

  1. Oui , sa rencontre avec l’ambassadeur d’Espagne est une preuve suffisante pour ceux qui appellent au vote que les élections sont déjà truquées ,sinon pourquoi ce représentant d’un pays étranger de surcroît membre de l’union européenne a choisi ce candidat et non pas les autres pour discuter avec lui. Ils (les occidentaux)savent donc que c’est le candidat de ce régime moribond et par cette rencontre lui envoient un message d’appui et de soutien.
    N’est ce pas ce même régime qui accuse ces détracteurs de faire appel à l’ingérence étrangère. N’est ce pas ce même tebboune qui disait dans un entretien qu’il refuse tout soutien venant du COURANT ÉTRANGER .
    Marbrouk aalikom (les votants)le nouveau président et le 5ème mandat de Bouteflika bis. Pour les non votants c’est une autre histoire.

  2. Recevoir un représentant d’un pays étranger c’est ouvrir la porte à l’ingérence !
    Ce n’est pas moi qui le dis, c’est le doustour !!!!
    Donc voter, moutons, la braderie de ce qu’il reste est ouverte.
    Cette mascarade annonce la fin.
    Malheureusement si les Algériens laisse cette junte continuer son travail de démolition, bientôt pour manger il faudra faire appel à la croix rouge et aux ONG.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici