Présidentielle : trois hypothèses avant la tenue de la conférence nationale

0

Par R. Mahmoudi Le silence entretenu par les partis de l’alliance présidentielle sur les bruits qui circulent avec instance depuis quelques jours sur l’existence d’un accord tacite pour l’organisation d’«une conférence nationale», devant regrouper l’ensemble de la classe politique et différents acteurs de la société civile, continuent à alimenter les suspicions les plus saugrenues sur les enjeux et les visées d’une telle initiative.

Selon plusieurs sources, les organisateurs auraient même fixé une date pour la tenue de cette conférence : le 10 janvier prochain. Le choix de cette date semble être justifié par le souci d’anticiper les événements et d’essayer de peser dans la décision qui serait annoncée le 18 janvier, c’est-à-dire une semaine plus tard, par le président de la République lorsqu’il devrait convoquer le corps électoral pour la présidentielle.

Lire aussi  Pourquoi les chinois, européens et américains préfèrent pour le moment le régime algérien au détriment du Hirak

Il s’agit, selon certaines analyses, de faire pression pour amener le chef de l’Etat à assumer son choix de briguer un autre mandat ou, à défaut, de maintenir la tenue du scrutin à la date prévue. Cette conférence pourrait également servir de tremplin pour faire aboutir deux autres options qui se rejoignent : celle, suggérée par le chef de TAJ, Amar Ghoul, appelant à une prolongation du mandat actuel du Président, jusqu’à ce que les différentes composantes du pouvoir s’accordent sur «un candidat de consensus», et celle, défendue bec et ongles par le MSP, réclamant le report du scrutin pour une période d’une année, adossé à des réformes politiques et économiques et à une révision constitutionnelle.

Lire aussi  Confidentiel. Le général Belkecir et ses 123 mille euros de travaux dans son appartement parisien

Entre autres suggestions «fuitées» par la presse, on note celle de l’introduction d’un nouveau texte dans la Loi fondamentale, prévoyant la création d’un poste de «vice-président de la République» qui servirait de garde-fou durant une éventuelle période de transition.

R. M.  

Source : algeriepatriotique

algeriepatriotique

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici