Sonatrach va ester SNC-Lavalin : Chakib Khelil dans le collimateur

1
Sonatrach va ester SNC-Lavalin : Chakib Khelil dans le collimateur

Par Saïd N. – La Cour suprême a demandé à la nouvelle direction de la compagnie pétrolière nationale Sonatrach de porter plainte contre l’entreprise canadienne SNC-Lavalin afin d’enquêter sur les conditions d’attribution, en juin 2009, d’un contrat d’un montant de 1,1 milliard de dollars, rapporte l’hebdomadaire français Jeune Afrique sur son site Internet.

Cette affaire met en cause directement l’ex-ministre de l’Energie Chakib Khelil (1999-2010) qui a réussi, jusque-là, à échapper aux mailles de la justice, alors qu’il était déjà cité dans le scandale financier lié à la passation de marchés avec le géant pétrolier italien Eni et sa filiale Saipem.

Lire aussi  Interview – Jacob Cohen : «Il y a une caste d’intouchables en France»

Cette affaire de corruption, qui avait éclaboussé SNC-Lavalin en Algérie, avait été exhumée en 2016 à travers le scandale des «Panama Papers». Selon des documents révélés par Radio Canada, SNC-Lavalin réussissait à obtenir des marchés en or en Algérie, sans prendre la peine de se déplacer, grâce à une mystérieuse société-écran, Cadber Investments, créée à travers un cabinet panaméen.

Ces documents avaient révélé six contrats différents de 2000 à 2004. Cadber Investments devait intercéder en faveur de SNC-Lavalin pour lui obtenir des contrats dont celui de l’usine de traitement des eaux de Taksebt, un contrat de 750 millions de dollars pour construire et exploiter l’usine, avaient indiqué des médias canadiens. En dix ans, 4 milliards de dollars de contrats ont été obtenus en Algérie, avait-on précisé.

Lire aussi  Exclusif. Le charmant et très discret hôtel des “généraux algériens” à Genève en Suisse

La justice canadienne avait, elle aussi, ouvert une enquête sur les soupçons de corruption de SNC-Lavalin pour l’obtention de marchés dans des pays africains dont l’Algérie. Le président du conseil d’administration avait démissionné et le PDG de l’époque avait été, lui, éjecté.

Le nom de Farid Bedjaoui a été cité comme intermédiaire à l’origine de la création de la société-écran Cadber Investments.

S. N.

Source : algeriepatriotique

1 COMMENTAIRE

  1. un acharnement contre un Homme qui a réhaussé l’entreprise à l’échelle international, la mamelle nourricière des généraux et des Algériens mais malgré celà(toufik nezzar et d’autres gradés ils n’ont rien trouvé qui puisse l’incriminer .Ceux-là s’acharnent sur lui parcequ’ils les genait plus qu’autre choses.Je mais à défi les procureurs et les juges d’aller faire des investigations dans les comptes de généraux. en Algérie et à l’étranger.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici