Sûreté nationale : 746 véhicules volés récupérés lors en 2019

0
Source :

Les services de la Sûreté nationale ont récupéré, lors des dix premier mois de l’année en cours, quelque 746 véhicules volés, dont certains faisant l’objet de mandats de recherche internationaux émis par Interpol, et à l’arrestation de mis en cause, a indiqué la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN), dimanche, dans un communiqué.
Les investigations menées par des éléments de la Police judiciaire ont permis l’identification des présumés», précise le communiqué. La DGSN demeure «mobilisée à travers ses unités partout sur le territoire national pour contrecarrer toute tentative menaçant la sécurité des citoyens et des biens», ajoute la même source qui rappelle le numéro vert 1548 et celui de secours 17 mis à la disposition des citoyens , a conclu le communiqué.

Saisie de plus de 81 000 comprimés de médicaments contrefaits contre le diabète
Les services de sûreté de la wilaya d’Alger ont mis en échec une tentative d’inondation du marché par de médicaments contrefaits destinés aux diabétiques en saisissant plus de 81 000 comprimés de médicaments, outre l’arrestation de cinq suspects, a indiqué dimanche, un communiqué de ce corps sécuritaire. Traitée par la section de lutte contre la contrefaçon relevant de la brigade économique et financière de la circonscription centre de la police judiciaire, l’affaire porte sur une tentative d’inondation du marché par des médicaments contrefaits destinés aux diabétiques par un réseau criminel qui a planifié d’envoyer un échantillon d’un médicament authentique contre le diabète à un laboratoire de fabrication de médicaments étranger pour la fabrication d’une quantité de ce médicament, a noté le communiqué, ajoutant que l’opération a permis la saisie de 10150 plaquettes, soit un total de 81200 comprimés. Dans l’objectif de faciliter la commercialisation de ce produit au niveau du marché national, le réseau criminel a fait appel à un autre suspect contre une somme d’argent afin de procéder à la distribution de ce médicament, grâce aux services de deux autres personnes spécialisées dans le domaine de la distribution de médicaments. Après parachèvement des procédures légales en vigueur, les mis en cause ont été présentés devant le procureur de la République territorialement compétent qui a ordonné la mise en détention provisoire de quatre suspects, alors que le 5e suspect a été placé sous contrôle judiciaire, a conclu le communiqué.

Un concert de musique se termine avec neuf morts au Brésil
Un méga-concert de musique dans la favela de Paraisópolis, l’une des plus grandes de Sao Paulo, a pris fin, dimanche, de manière tragique après la mort d’au moins neuf personnes suite à un mouvement de foule provoqué par une opération de police. Selon la police, l’incident est survenu lorsque des agents de la police sont intervenus au milieu de la foule (quelque 5 000 personnes) pour rechercher deux suspects ayant tiré des balles sur des policiers, rapportent des médias locaux. La police, selon la même source, a été attaquée avec des bouteilles et des pierres et a riposté en lançant des gaz lacrymogènes et en tirant des balles en caoutchouc, afin de préserver la sécurité des policiers, ce qui a causé le décès de neuf personnes, écrasées par la foule. Le porte-parole de la police militaire de Sao Paulo, Emerson Massera, a expliqué lors d’une conférence de presse que l’incident avait commencé «lorsque des criminels sont entrés dans la foule, tirant même sur des policiers». «Les criminels ont utilisé la population comme un bouclier humain pour éviter d’être appréhendées par la police», a déclaré le responsable. La confusion a entraîné la mort de neuf personnes, une femme et huit hommes, l’un d’eux âgé de 14 ans, selon la police, qui a fait état de deux blessés.

Lire aussi  La diaspora fait échec à l’élection présidentielle en Europe, en Amérique et au Moyen-Orient

Des séparatistes camerounais tirent sur un avion en plein vol
Des rebelles séparatistes ont tiré sur un avion de la compagnie aérienne Cameroon Airlines lors de son atterrissage à l’aéroport de Bamenda, dans le nord-ouest du pays dimanche matin, a confirmé à Reuters la direction de la compagnie. L’avion a tout de même pu atterrir en toute sécurité, sans qu’il n’y ait de blessé ou de mort à déplorer, a précisé la compagnie aérienne dans un communiqué, confirmant l’attaque. Une insurrection a éclaté à la fin 2017 dans les régions du nord-ouest et du sud-ouest du Cameroun, à la suite de la répression par le gouvernement de manifestations pacifiques organisées pour dénoncer la discrimination de la minorité anglophone. Depuis cette date, les combats ont fait 1 800 morts et plus de 500 000 déplacés, selon les estimations des Nations unies réalisées en septembre dernier.

Démantèlement d’un réseau de trafic de stupéfiants à Tizi-Ouzou
Un réseau spécialisé dans le trafic de drogues dans la wilaya de Tizi-Ouzou, a été démantelé et une quantité de 1,5 kg de kif traité a été saisie par les forces de la police judiciaire de la sûreté de wilaya, a-t-on indiqué dimanche, dans un communiqué. Lors de cette opération menée la semaine dernière, deux membres de ce réseau l’un demeurant à Larbaâ Nath Irathen et l’autre à Tizi-Ouzou, ont été interpellés. En plus du kif traité la police a aussi saisie 48 comprimés psychotropes ainsi qu’une arme blanche et un véhicule utilisé par les dealers pour leurs déplacements, a-t-on ajouté de même source. Présentés au Parquet, durant la semaine écoulée, l’un des deux mis en cause dans cette affaire a été placé en détention préventive alors que l’autre qui a été jugé en comparution directe, a été condamné à deux années de prison ferme assortie d’une amende de 50 000 DA, pour détention de drogues a des fins de commercialisation, a-t-on indiqué. La semaine dernière, les forces de police de la 1ère Sûreté Urbaine de Tizi-Ouzou, ont interpellé un autre individu âgé de 20 ans et originaire de la wilaya de Jijel, pour trafic de drogues. Une quantité de 144 comprimés psychotropes, a été saisie et le mis en cause a été condamné en comparution directe, à deux années de prison ferme, rappelle-t-on.

Lire aussi  Les expatriés fuient le pays par crainte d’émeutes lors de la présidentielle

Airbus licencie 16 employés suspectés d’espionnage industriel
Seize employés au total, ont été licenciés par le géant européen de l’aviation Airbus dans le cadre d’une affaire qui avait incité l’Allemagne à ouvrir une enquête sur des soupçons d’espionnage industriel, ont rapporté dimanche, des médias allemands. Selon l’Agence de presse nationale DPA, Airbus avait juste confirmé les licenciements, sans donner plus de détail. En septembre, des sources dans la compagnie avaient indiqué que les procureurs allemands enquêtaient sur des soupçons d’espionnage interne de la part d’employés d’Airbus sur deux projets d’armement avec les forces armées allemandes. «Certains de nos employés avaient des documents qu’ils n’auraient pas dû avoir «, avait déclaré l’une d’elle. Les employés travaillent au sein du Programme Line Communications, Intelligence and Security (CIS), basé à Munich, qui s’occupe de la cybersécurité et des activités connexes. Airbus a déclaré qu’il procédait à un «examen interne continu avec le soutien d’un cabinet d’avocats extérieur» dans cette affaire. «Le groupe coopère pleinement avec les autorités compétentes pour résoudre cette affaire», a-t-il déclaré dans un communiqué.

Source :

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici