Tribunal d’Aïn-Témouchent : un instigateur sur Facebook placé en détention préventive

0

Le juge d’instruction près le tribunal d’Aïn-Témouchent a placé dimanche en détention préventive un individu pour les chefs d’inculpations d’»incitation», «outrage à un corps constitué» et «diffamation», a-t-on appris auprès des services de la sûreté de wilaya. La brigade de lutte contre la cybercriminalité relevant du service de wilaya de la police judiciaire d’Aïn- Témouchent a réussi à localiser, identifier et arrêter l’auteur d’une page facebook versant dans «la calomnie» et «l’incitation et la diffamation contre des responsables locaux», a-t-on fait savoir. Le mis en cause, qui est le petit fils de l’ex- secrétaire général du parti du Front de libération nationale (FLN), Djamel Ould Abbès, a été arrêté lors des événements qu’a connu dernièrement Haï Medina Jdida d’Aïn Témouchent suite à la mort d’un jeune qui s’est immolé au feu. Cet instigateur a diffusé une vidéo sur facebook appelant à l’émeute, a-t-on indiqué. Les premiers éléments de l’enquête ont révélé que le prévenu a créé une page facebook pour «l’incitation et la diffamation contre des responsables locaux et la diffusion de documents et photos truqués» pour tromper l’opinion publique, a-t-on ajouté de source sécuritaire.

Une équipe médicale algérienne effectue 65 interventions chirurgicales et près de 130 consultations en Mauritanie
Une mission médicale algérienne a effectué, entre le 8 et 10 juin 2019 à Nouadhibou (Mauritanie), plusieurs interventions chirurgicales et consultations médicales, à titre gracieux, au profit de patients démunis souffrant de maladies ophtalmologiques, a indiqué le ministère des Affaires étrangères, dimanche, dans un communiqué. Dans le cadre des efforts visant le raffermissement des liens de fraternité et de solidarité entre les peuples algérien et mauritanien, une mission médicale algérienne a effectué, entre le 8 et 10 juin courant, soixante cinq interventions chirurgicales et près de cent trente consultations au Centre de santé communal Er-Radouane à Nouadhibou, capitale économique de la Mauritanie, précise la même source. Cette initiative humanitaire, qui intervient après l’action caritative menée durant le Ramadhan dernier par l’Ambassade d’Algérie et son Consulat à Nouakchott, «a été favorablement accueillie par la population et les médias locaux qui ont salué ce geste fraternel, d’autant que certaines interventions nécessitaient le déplacement à l’étranger».

Un mort et deux blessés dans un accident de la route à Relizane
Une personne est morte et deux autres ont été blessées à des degrés différents de gravité dans un accident de la route survenu dimanche, sur le territoire de la commune d’El Hamri (40 km à l’est de Relizane), a-t-on appris auprès de l’unité principale de la protection civile.
L’officier de permanence de cette unité, le lieutenant Youcef Chaïb Dour, a indiqué que l’accident s’est produit au niveau du chemin de wilaya 7 (CW 7) suite au dérapage d’un véhicule qui a percuté un mur en béton. L’accident a provoqué la mort d’une personne (28 ans) sur le coup et fait deux autres blessés âgés de 28 et 29 ans, qui ont été transférés à la polyclinique de Jdiouia par les agents de la protection civile. Les services sécuritaires ont ouvert une enquête sur les circonstances de l’accident.

Les ventes de Huawei, durement affectées
Le fondateur du géant chinois des télécoms «Huawei» Ren Zhengfei, a reconnu lundi, que ses ventes internationales ont été durement affectées suite aux sanctions commerciales infligées par les états-Unis . Huawei a d’ores et déjà subi cette année une chute de 40% de ses ventes de smartphones à l’international, alors que le groupe est soupçonné d’espionnage potentiel par les états-Unis, qui lui ont imposé des sanctions. «Oui, (les ventes) ont baissé de 40%», a déclaré Ren Zhengfei, en réponse à la question d’un journaliste au siège du groupe à Shenzhen (sud). M. Ren a par ailleurs annoncé une baisse de 30 milliards de dollars de la production du groupe cette année et la suivante. Cette contraction de 26,7 milliards d’euros représenterait environ un tiers de sa production, au regard des ventes ayant atteint 721,2 milliards de yuans (95,3 milliards d’euros) en 2018.
«En 2021, nous retrouverons notre vitalité afin de servir l’humanité», a-t-il promis M. Ren, un ancien ingénieur de l’armée chinoise qui a fondé le groupe de télécoms dans les années 1980. Huawei a été mis à l’index dans plusieurs pays, notamment aux états-Unis, qui ont interdit à leurs entreprises de lui fournir des technologies. Cette mesure est un coup très dur pour Huawei, numéro deux mondial des téléphones portables, qui dépend des puces électroniques «made in USA» pour ses smartphones. Google a annoncé de son côté qu’il devrait cesser sa collaboration avec Huawei, à qui il fournit son système d’exploitation Android.
Washington s’inquiète surtout de l’avance prise par Huawei dans la fourniture d’équipements pour la 5G, la cinquième génération des communications mobiles. Huawei est considéré comme le leader mondial incontesté dans ce domaine.

Découverte d’un cimetière datant de l’époque romaine dans la région de Smara (Mila)
Un cimetière datant de l’époque romaine comprenant huit tombes a été découvert dans la région de Smara, commune de Derradji Bousselah (sud-ouest de Mila), a révélé dimanche, le chef de service du patrimoine culturel à la direction locale de la culture, Lezghad Chiaba.
Cette découverte intervient suite à des informations faisant état de l’existence de squelettes dans la région de Smara décelés par le responsable de la brigade de la gendarmerie nationale de la commune de Derradj Bousselah la semaine dernière, a indiqué à l’APS la même source.
à cet effet, des responsables des Directions de la culture, des moudjahidine de la wilaya de Mila et de cette collectivité locale se sont dès lors rendus sur place, précisément au niveau du chemin agricole reliant les mechtas de Bouhatem et Cherarou. Cette découverte a mis en exergue l’existence de «huit anciennes tombes datant de l’époque romaine», a précisé M. Chiaba, soutenant qu’en s’appuyant sur les techniques de construction des tombes, la position des squelettes, ainsi que leur orientation (Est-Ouest) qui rappelle le procédé d’inhumation utilisé par les romains, et sur la base de ces éléments préalables, «tout porte à croire que ce cimetière remonte à l’époque romaine.»
Le chef de service du patrimoine culturel a également affirmé que cette découverte et son emplacement donnent à penser que ces tombes ont été ouvertes et vandalisées, en plus de l’exhumation des squelettes qui s’y trouvaient, faisant savoir que ce cimetière a été, en réalité, découvert de manière effective en 2014 suite aux travaux de réalisation d’un chemin agricole reliant les mechtas de Bouhatem et Cherarou, selon des informations fournies par la gendarmerie nationale. Selon le même responsable, le ministère de tutelle a été saisi à travers l’envoi d’un rapport détaillé sur cette découverte, accompagné de photographies, en vue de diligenter une commission d’enquête chargée de mener des investigations au niveau du site en question où, a-t-il dit, toutes les mesures nécessaires ont été prises pour le protéger.

Saisie de brouilleurs électroniques et arrestation de leur propriétaire à Dellys
La brigade de la Police judiciaire relevant de la Sûreté de daïra de Dellys, à l’est de Boumerdès, a saisi des brouilleurs électroniques destinés à la vente et arrêté leur propriétaire, a-t-on appris dimanche, auprès de la sûreté de wilaya. «La brigade de la Police judiciaire de la sûreté de daïra de Dellys a procédé à l’arrestation d’un individu âgé de 30 ans, sur qui il a été saisi des brouilleurs électroniques qu’il destinait à la vente», a indiqué à l’APS le chargé de la communication auprès de la sûreté de wilaya.
Il s’agit, a expliqué la même source sécuritaire, d’une souris pour ordinateur équipée d’un chargeur, utilisée généralement dans le domaine de l’espionnage, ainsi que d’autres appareils servant à détecter les radars, sous formes de voitures (en jouets) équipées de chargeurs. L’individu arrêté avait également en sa possession des bougies d’allumage électriques (banalisées) sous forme de lampes électriques, outre un petit drone. Lors de son interrogatoire, le mis en cause a avoué avoir «acquis les appareils saisis dans un pays étranger qu’il s’apprêtait à écouler au noir (marché parallèle)».
Le suspect a été présenté devant la justice, a-t-on ajouté de même source.

Source : lecourrier-dalgerie

POSTER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here