UN ÉTUDIANT SAUVAGEMENT ASSASSINÉ À BEN AKNOUN (ALGER) : L’université s’enlise à nouveau dans la violence

La résidence universitaire Taleb Abderrahmane de Ben Aknoun, (Alger) a été le théâtre, ce dimanche, d’un crime horrible vraisem-blablement commis à l’encontre d’un jeune étudiant en 3e année de médecine. C’est dans la chambre de la victime, Assil, un étudiant en troisième année médecine, que le supposé meurtre à été perpétré.

Une enquête a été aussitôt ouverte pour élucider les circonstances de cet acte abject, après que les camarades de la victime ont alerté la brigade de la Police judicaire de la sureté de la wilaya d’Alger. Les éléments de ce corps de sécurité se sont dépêchés sur la scène du crime pour entamer la procédure d’enquête. En attendant les résultats des investigations qui suivent leur cours, plusieurs éléments et indices trouvés laissent penser qu’il s’agissait d’un meurtre. Mort violente, corps gisant dans une mare de sang, plaie à la gorge…comme signes qui laissent croire à un assassinat. Certes il faut attendre les résultats de la police scientifique, mais, selon les premières informations relayées par des médias nationaux, il semblerait que la piste du meurtre soit privilégiée par les enquêteurs.
Cette thèse se voit confortée par le témoignage de plusieurs étudiants, qui occupent la même résidence que la victime. Plusieurs médias ont rapporté hier, dans ce sens qu’Assil, le défunt âgé de 22 ans, «était seul dans sa chambre quand deux individus méconnus de l’établissement, se sont approchés de lui pour commettre leur crime.»
D’autres étudiants témoignent encore et affirment avoir vu les suspects «quitter les lieux à bord du véhicule de la victime, sans se faire inquiéter par les agents de sécurité.»
Tard dans cette nuit de l’horreur, le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Tahar Hadjar, s’est rendu sur les lieux du crime pour s’enquérir de la situation sur place. Ainsi, l’occasion a été donnée aux étudiants de lui faire part de leurs préoccupations quotidiennes au sein de cet établissement.
Au fait, ce qu’Assil a subi, est un drame de plus, qui en dit long sur le profond malaise qui ronge l’université algérienne depuis plusieurs années. Un crime qui tire la sonnette d’alarme, sur l’insécurité et la violence qui règne en maître dans les cités universitaires en particulier.  La mort du jeune étudiant a suscité une vague de colère et d’indignation parmi l’opinion publique et la communauté estudiantine surtout.
Hier matin, un rassemblement de plusieurs centaines d’étudiants a été observé à la faculté de médecine Ziania, à Ben Aknoun, pour honorer la mémoire de leur compère disparu dans des circonstances jusque là non-élucidées.
Enfin à noter que les étudiants en colère  se sont dirigés depuis la faculté de médecine pas loin de Ben Aknoun vers la cité de Taleb Abderrahmane. Ils scandaient des mots d’ordre et réclamaient plus de sécurité et que justice soit rendue à la victime.
Mohamed Amrouni

Source : lecourrier-dalgerie

lecourrier-dalgerie