in

UN EXORCISTE TUE SA SŒUR ET SA NIÈCE À FERAOUN (BÉJAÏA)

Forensic investigator working at a crime scene

Abominable double crime à Ichekaben

LIBERTE ALGERIE – Le petit village d’Ichekaben est sorti de son anonymat par un double crime digne d’un film de science fiction. Il lève le voile sur la face sombre d’individus qui ont basculé de l’autre côté de l’humanité. 

Un abominable double crime digne des films d’horreur a plongé la population de la commune de Feraoun, dans la wilaya de Béjaïa, dans l’émoi et la consternation. Il s’agit, en fait, d’une mystérieuse histoire de sorcellerie et d’exorcisme qui a coûté la vie à une jeune femme de 44 ans, Rahima I., et à sa fillette Manel, âgée d’à peine 5 ans. Ce qui choque le plus est que le présumé meurtrier n’est autre que le frère cadet de la jeune maman, un cadre d’entreprise qui vient de se découvrir une vocation religieuse : l’exorcisme.

Ce double meurtre, qui vient d’allonger la liste des victimes de féminicide en Algérie, remonte à la soirée du 9 mars dernier, soit au lendemain de la Journée internationale des droits de la femme. Le drame a eu lieu au domicile des deux victimes, sis au village d’Ichekaben, perché sur les hauteurs de la commune de Feraoun relevant de la daïra d’Amizour.

Selon les témoignages de citoyens de ce village, qui se sont constitués en collectif de soutien à la famille des victimes, le jeune trentenaire qui voulait se lancer dans la pratique de la sorcellerie était tenté, au départ, de sacrifier sa nièce de 5 ans (Manel) pour vraisemblablement chasser les démons du corps de sa sœur, Rahima, à laquelle il n’a pas caché son plan diabolique. Devant le refus catégorique de cette dernière de sacrifier sa petite fille, l’homme n’a pas hésité à concocter un complot satanique qui sera malheureusement fatal pour la maman et sa fille.

Profitant de l’absence du mari de sa sœur, le jeune exorciste, accompagné de sa mère, son père et sa sœur, débarque au domicile de sa sœur pour une prétendue séance d’exorcisme qui permettrait de la délivrer de ses démons. Malheureusement, cette pratique de rituels sataniques qui se décline par des coups violents à la limite de la torture corporelle, relatent les membres dudit collectif citoyen, a causé la mort de Rahima.

Après le décès de la jeune maman, c’est au tour de la fillette de subir le même sort. Celle-ci aurait succombé à une strangulation. “Toutes les deux sont mortes des nombreux coups reçus et de strangulation. Les décès seront confirmés à la polyclinique de Feraoun au petit matin du mercredi 10 mars, où le médecin de garde a alerté la brigade de gendarmerie locale”, affirme le même collectif citoyen.

Partagez l'article :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *