in

Un journaliste algérien jugé pour avoir traité d’arabe de service une policière d’origine….algérienne !

DIA-ALGERIE : Le journaliste algérien Taha Bouhafs doit être jugé devant le tribunal correctionnel de Paris ce mercredi 7 avril après avoir qualifié la policière Linda Kebbab d’«arabe de service», dans un message posté sur le réseau social Twitter en juin 2020.

Les faits remontent très exactement au mercredi 3 juin 2020. Ce jour-là, au lendemain d’une manifestation interdite de 20.000 personnes dénonçant les «violences policières» organisée à Paris à l’initiative des proches d’Adama Traoré, Linda Kebbab est invitée sur France Info. La déléguée nationale du syndicat de police Unité SGP-FO accuse alors Assa Traoré, la sœur d’Adama Traoré de se «saisir» de la mort de Georges Floyd aux États-Unis pour faire valoir ses propres intérêts. Pour rappel, Adama Traoré est un jeune homme mort en 2016 après une interpellation par des gendarmes dans des conditions controversées.

Le fond du problème, c’est cette affaire, avec cette jeune fille, la sœur d’Adama Traoré, dont je comprends la colère et la souffrance d’avoir perdu son frère, qui se saisit d’une affaire américaine qui n’a absolument rien à voir, ni dans son histoire, ni dans son fond, ni dans sa technicité, avait déclaré Linda Kebbab. Dans un message posté le jour même sur Twitter, le journaliste Taha Bouhafs – investi notamment dans la dénonciation des violences policières -, avait commenté l’intervention médiatique de Linda Kebbab en qualifiant la policière d’«ADS : Arabe de Service», avant d’effacer son tweet.

Dans la foulée, Linda Kebbab avait déposé plainte contre Taha Bouhafs pour injure publique à caractère raciste. «Raciste et pas courageux, il m’a bloquée. Assez de ses incitations à la haine, de ses mensonges et manipulations. JE DÉPOSE PLAINTE», avait-elle écrit sur Twitter. Je serais ravi de pouvoir expliquer en détail devant un tribunal, les raisons qui m’amènent à dire que cette femme est une arabe de service. Vive la liberté d’expression, avait ensuite répliqué Taha Bouhafs.

Partagez l'article :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *