in

Un nouveau site électronique pour la DG des Douanes algériennes

La Direction générale des Douanes algériennes a procédé, dimanche, au lancement de son nouveau site électronique, à l’occasion de la célébration, à Tipasa, de la Journée internationale des Douanes.

Dans son intervention à cette occasion, le ministre délégué chargé des Statistiques et de la Prospective, Bachir Messaitfa, a assuré que «l’activité douanière est primordiale dans le soutien de l’équilibre de l’Etat», eu égard, a-t-il dit, «aux difficultés rencontrées actuellement, et qui seront davantage visibles, avec le recul de la fiscalité pétrolière, durant les trois prochaines années».

Une situation qui requiert, selon lui, «l’impératif d’une adaptation de la part des Douanes», en vue de la perception de taxes ordinaires, à travers ce qu’il a qualifié de l’ «innovation douanière». L’administration douanière est tenue de s’adapter et de maîtriser les nouvelles technologies, en vue d’une meilleur couverture de la fiscalité ordinaire au niveau des marchés, qui enregistrent une situation d’instabilité (emploi, marchandises, services), par l’usage d’outils techniques efficaces, garants d’un rééquilibre, pour elle», a t-il encore estimé.

Le ministre délégué chargé des Statistiques et de la Prospective a plaidé, à ce titre, pour la nécessité de création de laboratoires de contrôle de la qualité, et d’autres pour la certification du pays d’origine des marchandises, eu égard, a-t-il dit, «au développement des moyens et techniques de contrefaçon des marchandises à l’échelle régionale et territoriale», a-t-il relevé.

«De grands défis attendent la nouvelle Algérie que nous ambitionnons» a, encore, souligné M. Messaitfa, citant parmi ces défis «l’adhésion à l’Organisation mondiale du commerce (OMC), la libération du commerce extérieur, la suppression des barrières douanières, et l’adhésion à la Zone arabe de libre échange».

C’est une nouvelle situation requérant l’impératif pour les douanes algériennes de se «moderniser dans les plus brefs», sans omettre les passages frontaliers à l’Est et au Sud du pays notamment, a-t-il recommandé. «Il est nécessaire d’être au diapason de la vision adoptée par le Gouvernement, sous la présidence de Abdelmadjid Tebboune, qui a créé un ministère chargé du commerce extérieur», a, encore, souligné Bachir Messaitfa.
Une vision développée, selon lui, pour «la rationalisation des échanges commerciaux extérieurs», Sachant que les «importations ont enregistré un recul dans leur valeur, contre une hausse dans leur volume», a-t-il fait savoir.

Partagez l'article :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *