in

Une activité qui n’obéit à aucune norme

Cette réalité, qui tend à s’accroître de jour en jour, semble totalement ignorer les textes réglementaires.

Des milliers de panneaux publicitaires de différents gabarits trônent aux quatre coins de la wilaya, la fièvre du panneau touche tous les métiers. En plus des traditionnelles sociétés liées à la téléphonie mobile ou à l’industrie automobile, on voit apparaître toutes sortes de panneaux et écriteaux. Pis encore, certains privés se sont lancés depuis peu dans les enseignes lumineuses en se branchant “à l’œil” sur le réseau de l’éclairage public sans que cela émeuve les responsables locaux. Tout y passe : médecins, herboristes, casse auto, grandes surfaces et autres. Cette réalité, qui tend à s’accroître de jour en jour, semble totalement ignorer les textes réglementaires qui régissent l’activité d’affichage et de publicité. Ainsi, dans toute cette anarchie, que récolte la commune de cette exploitation de son territoire ? Y a-t-il une ristourne en ces temps de recherche de nouvelles richesses ? La commune fait-elle payer les propriétaires ? Et pourtant, une taxe locale sur les enseignes et publicité extérieure existe, c’est un impôt qui doit être instauré de façon facultative par les services communaux sur le territoire desquels sont situés ces dispositifs publicitaires, son montant varie selon les caractéristiques des supports publicitaires. À ce sujet, M. Laïmèche, vice-président de la commune de Dellys, dira : “Ce fléau prend de l’ampleur, surtout que notre localité a un grand boulevard, donc les gens ne se gênent pas pour accrocher n’importe quoi, n’importe où, sans passer par les services compétents de la commune. Même les trottoirs sont squattés par des portes-panneaux”, et d’ajouter que “devant l’anarchie qui apparemment ne semble pas s’arrêter et pour faire bénéficier les caisses de la collectivité de ce commerce, une commission s’attelle depuis quelques jours à assainir la situation. Dans un premier temps, nous avons recensé ces points et contacté les propriétaires afin qu’ils se conforment aux textes, tant sur l’organisation que sur la taxe, du fait que l’emplacement de certains de ces écriteaux publics et privés n’obéit à aucune norme connue”. Pour le maire de Bordj Menaiel, “nous faisons payer ceux qui affichent sur les emplacements publics, certes beaucoup de choses doivent être revues pour mieux cerner ce créneau, du fait que les collectivités ne possèdent pas de personnel spécialisé. De plus, aujourd’hui les APC récoltent du forfaitaire”. Par ailleurs, ce dernier dira à propos de grands panneaux gérés par l’Anep : “Nous avons signé une convention avec une entreprise spécialisée pour récupérer notre quote-part, mais une virée dans la ville vous renseigne sur l’anarchie qui y règne. Enfin, au chef-lieu de wilaya, où les espaces sont les plus convoités, la situation n’est guère reluisante avec deux panneaux géants installés avec la bénédiction du maire sortant, sans qu’aucune redevance soit versée sur le compte de la commune.” De plus, l’exploitant de ces panneaux a eu depuis une année des démêlés avec la justice, alors que ces derniers trônent toujours à l’entrée de Sidi Abdallah, à l’ouest du chef-lieu. Ayant hérité de cette situation d’afficher n’importe où et sans contrepartie, le président de la commission des finances fraîchement installé avoue qu’il est difficile de mettre de l’ordre là où l’impunité a régné depuis des lustres, et de préciser qu’“avec le recensement, nous avons commencé à récupérer nos taxes et mettre aussi de l’ordre dans les lieux dégagés pour l’affichage”. Existe-t-il un règlement local (communal) de publicité (RLP) ? Le document élaboré par la collectivité planifie et réglemente l’affichage sur son territoire. Certains élus ne sont guère emballés pour mettre de l’ordre dans l’affichage publicitaire, du fait que leur mandature tire à sa fin ; d’autres qui veulent se représenter pour les prochaines échéances veulent saisir cette opportunité génératrice de richesses, tout en se basant sur un règlement et édicter des prescriptions quant aux publicités, enseignes et pré-enseignes aujourd’hui visibles sur les voies ouvertes à la circulation publique. L’objectif est d’organiser l’affichage sur le territoire, en préservant des règles claires de cohérence et d’amélioration des paysages qui banniraient l’état d’occupation sauvage et l’agression du rayon de visibilité sur les deux bords de la chaussée par la succession des panneaux. Par ailleurs, des lampadaires de propriété publique sont utilisés pour la fixation des écriteaux. Mais beaucoup d’élus reconnaissent que ces débordements sont favorisés essentiellement par le manque d’initiatives à propos des emplacements choisis pour la publicité : il s’agit, entre autres, des grandes façades de bâtiments et des ensembles bâtis qui pourraient abriter ce genre d’affichage avec bien sûr une nouvelle source de richesses, comme stipulé par l’instruction n°096 envoyée en mars dernier aux administrations locales par le ministère de l’Intérieur “afin de renflouer les caisses des communes par la valorisation des ressources patrimoniales et leur exploitation”.

Wahab M.

Source : liberte-algerie

liberte-algerie

Partagez l'article :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *