Une cancéreuse Algérienne obligée de quitter la France

Algérie –En France comme en Algérie le sujet de l’immigration et devenu depuis quelques semaines un véritable soucis pour les dirigeants, occasionnant des perturbations dans les relations entre l’Algérie et la France. Leurs répercussions ne touchent autre que le peuple. C’est l’histoire d’une petite fille algérienne et son père.


La question de l’immigration est au cœur des problème des problème entre l’Algérie et la France. En effet, depuis quelques semaines l’Elysée a décidé de durcir l’immigration. De façon stratégique, il s’agit d’une dernière ligne droite pour le président français Emmanuel Macron afin de corriger son bilan migratoire. Soulignons que, ce durcissement touchera certainement un nombre considérable d’algériens, comme c’est le cas pour une petite fille et son père, ayant reçu un refus de renouvellement de son titre de séjour par la préfecture du Gard dans le sud de la France. Cela voudrait clairement dire que son père devra quitter le territoire français, et la petite âgé de 10 ans devra impérativement le suivre. Mieux la situation s’avère beaucoup plus dramatique que ce que l’on peut imaginer. Puisque, la petite en question a un cancer, une tumeur de la rétine, diagnostiquée en Algérie en 2012 à l’âge de un an, elle perd la vue cinq ans plus tard. En 2017, le constat est frappant, avec un cas compliqué et un manque de moyens dans son pays natal, elle sera orientée vers l’Institut Curie, en France, et ce après la chimiothérapie, un hôpital en Jordanie et même un coma. C’est là où son père a pris l’avion, sa fille dans les bras, laissant derrière lui son épouse et ses deux petits garçons, espérant de trouver un bon suivi médical. Son malheur ne s’arrête pas là, puisque des tests génétiques révèlent la présence du gène RB1, un accélérateur du développement tumoral. La petite fille doit continuer à être suivie.

Lire cet article  Covid-19 en Algérie : baisse du taux de contaminations et de décès, ce jeudi 7 octobre

départ qui pourrait coûter une vie

 


Ce mardi 12 octobre, l’Affaire a été examinée par le tribunal administratif. Déterminée à aller voir et parler au juge mais finalement envahie par la peur, elle n’accompagne pas son père au tribunal. Leur avocate, Me Pascale Chabbert-Masson, explique que suite à l’éventuel départ de son père, elle peut mourir. L’arrêté oblige le père à quitter le territoire dans un délai d’un mois. L’avocate déplore « l’inhumanité » de la préfecture traitant ce dossier, sachant qu’aucun représentant de la préfecture n’était à l’audience du tribunal administratif. Le jugement a été mis en délibéré.

Abonnez-vous à notre chaine youtube

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

+ RECENTS