in

Vent de panique sur l’économie nationale

En attendant de connaître la décision que prendront les pays de l’OPEP et leurs alliés à leur prochaine réunion sur la position à adopter face à cette chute inquiétante des prix, l’Algérie devra revoir ses prévisions budgétaires.

Avec un baril de pétrole affichant un prix de 50 dollars sur le marché, il y a de quoi paniquer de ce côté-ci de la planète, surtout que les prévisions budgétaires de la loi de finances 2020 sont basées sur un baril à 50 dollars et un prix de marché à 60 dollars. Il y a donc plus à craindre de l’impact du coronavirus sur le marché pétrolier et ses conséquences sur une économie algérienne dépendante entièrement des hydrocarbures, que du cas du ressortissant italien contaminé par le virus.

En attendant de connaître la décision que prendront les pays de l’OPEP et leurs alliés à leur prochaine réunion sur la position à adopter face à cette chute inquiétante des prix, l’Algérie devra revoir ses prévisions budgétaires. Si la rigueur budgétaire était déjà de mise dans les estimations de la loi de finances, force est de constater que la situation impose une révision des projections, notamment lors du recours à la loi de finances complémentaire.

Si les prix demeurent aussi faibles et tant qu’une solution ne sera pas trouvée pour endiguer l’épidémie de coronavirus, une révision à la baisse du prix de référence du baril pour la LFC sera inévitable. Cette chute des prix du pétrole intervient quelques semaines après l’annonce de la fonte ayant touché les réserves de change qui se sont établies à 62 milliards de dollars alors qu’elles étaient à 72,6 milliards de dollars en avril 2019 et à près de 80 milliards de dollars à la fin 2018.

Le niveau de ces réserves se contractera davantage avec la baisse des prix du pétrole et risquent même d’être en dessous de la barre des 51,6 milliards de dollars prévus pour la fin 2020, soit moins de 12,4 mois d’importations. Le propre d’une économie rentière est qu’elle est tributaire d’une seule ressource et le marché boursier est son seul indicateur de survie.

Les hydrocarbures représentent plus de 90% des exportations algériennes et 60% des recettes fiscales. Le bilan du commerce extérieur de l’année 2019 fait état d’un déficit commercial de 6,11 milliards de dollars contre 4,53 milliards de dollars, avec un volume des exportations de 35,82 milliards de dollars et une facture d’importations de 41,93 milliards de dollars.

Nous importons plus que nous exportons et nous n’exportons essentiellement que des hydrocarbures (92,80% de la structure des ventes algériennes). Même nos exportations d’hydrocarbures baissent année après année et se sont établies à la fin 2019 à 33,24 milliards de dollars. Avec un tel schéma, le moindre mouvement du marché boursier est scruté tel un indicateur de bonne ou de mauvaise santé pour l’économie nationale.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *