in ,

Vers une nouvelle grève dès mardi

Selon le site Liberte-Algerie , pour la deuxième fois en moins d’un mois, le Safi (Syndicat autonome des fonctionnaires des impôts) décide de remettre la grève, cette fois pour trois jours à partir de mardi. Une période qui coïncidera avec la date limite des dépôts des déclarations annuelles du CA, ce qui ne manquera pas de pénaliser les citoyens .

Cette “escalade” s’explique selon Abdelhamid Bouallag, SG du Safi, par “le refus de la tutelle d’ouvrir le dialogue” faisant preuve, selon ses affirmations, “du plus grand mépris” envers eux, ce qui conforte les agents du fisc dans leur détermination. Ces derniers menacent de recourir, lors de la prochaine étape, à “une grève illimitée”, dans le cas où “la direction continue à se murer dans le silence”. M. Bouallag est clair à ce propos : “Il y a un engagement de la part du ministre qu’il faudra que la direction des impôts respecte.

Il faut s’asseoir à la table des négociations et aller au plus vite à des solutions, car nous n’allons pas lâcher prise.” Aussi, le SG du syndicat ne manque pas d’interpeller sa tutelle pour “se pencher sérieusement sur la situation des fonctionnaires des impôts qui se présente comme le deuxième secteur qui alimente le budget de l’État après les revenus pétrolières”, alors que paradoxalement “ils touchent des salaires miséreux en plus des conditions de travail déplorables”.

Le Safi, qui réclame avec insistance “de faire sortir le secteur du giron de la Fonction publique”, demande “l’application de la loi organique et le système compensatoire, revoir le régime des indemnités introduit via des textes particuliers pour les fonctionnaires des impôts, l’extension de la qualité de police judiciaire aux fonctionnaires des impôts et revoir la prime concernant les fonds de revenus complémentaires”

Partagez l'article :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *