Voici comment les algériens luttent contre le covid-19

La pandémie du siècle fait rage en Algérie, surtout avec cette troisième vague particulièrement virulent. Cependant devant l’ampleur de la situation, les algériens ont décidé de s’unir comme un seul homme pour lutter activement contre cette maladie. A travers cet article de ce lundi 2 Août 2021, nous vous expliquons les actions menées pour lutter contre ce mal qui est le covid-19.

La crise sévi mais elle montre également un autre visage de l’ Algérie qui est la solidarité. En effet,  Aux quatre coins du pays, des actions sont lancées par des collectifs associatifs et autres organisations de la société civile à l’effet de collecter les fonds nécessaires pour acquérir le matériel nécessaire pour sauver des vies.

Ces derniers jours, le nombre de décès dans les hôpitaux a atteint des niveaux jamais égalés. Beaucoup de ceux qui ont perdu la vie n’ont pu être sauvés à cause du manque d’oxygène dans les hôpitaux, non équipés en prévision d’une telle situation exceptionnelle.

Les actions de solidarité sont destinées à acheter des concentrateurs et des centrales de production (générateurs) en faveur des établissements hospitaliers.

Dans de nombreuses villes algériennes, des quêtes sont lancées par des jeunes bénévoles qui sillonnent les rues et sollicitent la générosité des commerçants et du reste des citoyens.

Même la communauté nationale établie à l’étranger est mise à contribution, avec l’implication de stars comme Riyad Mahrez, Franck Ribéry, Numidia Lezoul, Shirine Boutella, Leila Bekhti, etc.

Lire cet article  L’Algérie reçoit un nouveau lot du vaccin chinois Sinovac

Aussi, en Algérie, des entreprises économiques privées à capitaux algériens n’ont pas hésité à apporter leur contribution. La première opération médiatisée a été d’acquisition d’un générateur au profit de l’hôpital d’Akbou dans la wilaya de Béjaïa, financée par des entreprises installées dans la localité, dont Soummam et Général Emballage.

L’acquisition a coûté 17 millions de dinars, entièrement pris en charge par les entreprises privées de la région. L’action a vite fait tache d’huile. Des initiatives similaires sont lancées partout en Kabylie et dans d’autres régions du territoire national.

La Laiterie Soummam est de plus en plus sollicitée et son patron ne dit pas non. C’est même lui qui prend l’initiative de proposer son aide aux jeunes qui ont lancé des quêtes.

En l’espace de quelques jours, l’entreprise a financé l’acquisition de pas moins de 22 générateurs à travers tout le territoire national, à Béjaïa, Tizi-Ouzou, Tipaza, Djelfa, Alger, Chlef, Aïn Témouchent, Sétif, Khenchela et Skikda.

« On a donné notre parole à d’autres localités, donc on va aller jusqu’à 20 générateurs », a indiqué Lounis Hamitouche

Où sont passées les entreprises publiques et étrangères ?
Ce que révèle le patron du groupe de produits laitiers démontre que la solidarité est une valeur ancrée dans la société algérienne. Si celles de Soummam sont médiatisées, d’autres actions sont enregistrées quotidiennement aux quatre coins du pays, œuvre d’industriels et d’hommes d’affaires.

« J’ai proposé mon aide aux hôpitaux de Sidi Aïch, de Oued Amizour et de Khelil-Amrane de Béjaïa, ils m’ont dit qu’ils ont été pris en charge par d’autres », affirme Lounis Hamitouche.

Lire cet article  Covid-19 en Algérie : voici le bilan détaillé de ce 14 octobre

Soulignons également que d’autres grandes entreprises participent à l’effort de solidarité nationale comme Cevital et Alliances assurance.  Le groupe d’Issad Rebrab a annoncé récemment sa décision d’acquérir 4.000 concentrateurs d’oxygène pour les offrir aux hôpitaux du pays.

« Nous comptons importer une quantité importante de concentrateurs d’oxygène. Nous sommes en contact permanent avec les autorités compétentes pour permettre la réalisation de cette opération. Ces équipements seront distribués sur les différents établissements hospitaliers à travers le territoire national », a indiqué Mouloud Ouali, directeur de la communication de Cevital.

Plus discret sur son mécénat, le plus grand groupe privé du pays a financé d’autres acquisitions partout en Algérie.

Aux quatre coins du pays, des donateurs, connus ou anonymes, ont mis la main à la poche, et n’ont pas médiatisé leurs actions. Comme premier effet immédiat, de nombreux établissements hospitaliers n’ont pas de souci d’oxygène, ce qui allège quelque peu la pression sur les usines de production de ce produit vital.

Même les simples citoyens, pas forcément très aisés, ont donné ce qu’ils pouvaient. « J’ai eu les larmes aux yeux en voyant des femmes enlever leurs bagues pour les remettre aux jeunes qui font des quêtes », assure Hadj Hamitouche.

Abonnez-vous à notre chaine youtube

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

+ RECENTS