Voici les arguments de Bengrima sur le scandale des terres agricoles en Algérie

 

”Algérie”Candidat malheureux à la présidentielle de décembre 2019, Bengrima est accusé d’avoir bénéficié avec son frère de 1.000 hectares chacun au dinar symbolique, dans la commune de N’gousssa. Devant de tel accusations ce mardi 3 Août 2021, Bengrima le président du mouvement El Bina a tenu à répondre à ses détracteurs.

Plusieurs jours après ces révélations qui ont enflammé les réseaux sociaux, Bengrina a  décidé de sortir de son silence pour répondre à ses détracteurs.

Dans une vidéo postée sur son compte Facebook, il a confirmé avoir soumis une demande en 2013 à la commune de Naqousa dans le cadre du programme de « mise en valeur », et « non de la concession », et cela signifie, selon lui, de n’obtenir aucun soutien de l’État jusqu’à l’achèvement de la mise en valeur à 85% des terres.

Lire cet article  Voici le taux de change du dinar ce vendredi 15 octobre

Il a reconnu avoir bénéficié en 2015 de 1000 hectares dans la wilaya de Ouargla du temps du président Abdelaziz Bouteflika, mais nie avoir touché jusque-là une quelconque aide financière de l’Etat.

Ce dernier a ajouté qu’une année après, deux autres personnes portant le même nom que lui ont obtenu 6.000 hectares dans la même région. « La Issaba (gang en référence aux personnes qui détenaient le pouvoir sous Bouteflika et dont la plupart sont aujourd’hui en prison) a donné ces terres dont vous parlez à deux autres personnes qui ne sont pas de Ouargla, mais ce sont des citoyens algériens », a-t-il dit. « Ces terres dont ils parlent ne sont pas les miennes », a assuré Bengrina.

Bengrina se défend encore plus

Pour se défendre, il a tenté de minimiser les surfaces dont il a bénéficié, comparativement aux « 34 millions d’hectares de terres qui peuvent être mises en valeur dans les zones intérieures du pays », soulignant surtout que « 15 000 Algériens » ont investi dans l’agriculture dans la wilaya de Ouargla dont la totalité des terres susceptibles d’être exploitées est de 1.2 million d’hectares.

Lire cet article  Drame en Algérie : pour raison de pauvreté un homme tue sa femme et se pend

Mieux Abdelkader Bengrina s’étonne qu’on ne s’est intéressé qu’à son cas, alors que, dit-il, il est agriculteur et il est de son droit de bénéficier d’une terre agricole. Selon, lui, 5 hectares dans le nord du pays sont aussi rentables que 4 ou 5 000 hectares au Sud.

Il affirme connaître la partie qui a divulgué les documents, accusant par ailleurs les « lobbies de l’importation » de vouloir casser « un patriote qui investit dans son pays ».


Abonnez-vous à notre chaine youtube

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

+ RECENTS