Voici les «menaces» à peine voilées de Macron à l’Algérie

Algérie –Ce jeudi 30 septembre le président français Emmanuel Macron a choqué plus d’un à travers ses propos à l’Elysée durant la séance avec le 18 jeunes algériens et franco-algériens. Suivez à travers cet article des déclarations pour le moins inédites.

Selon le journal Français Le Monde, un dialogue inédit a eu lieu le jeudi dernier entre le président Français Emmanuel Macron et ce qui a été qualifié comme « les petits fils de la guerre d’Algérie ». En effet, durant ce « dialogue» , le président Français a tenu à envoyer plusieurs messages aux dirigeants algériens. Pour commencer, le président Français se voulait conciliant, malheureusement cette attitude cachait toutefois une sévérité inédite envers les responsables algériens. « l’histoire et les mémoires de la guerre d’Algérie étaient la matrice d’une grande partie de nos traumatismes », a déclaré Macron.  Mieux, il a ensuite ajouté que « il y a des souffrances qui ont été tues, et qui se sont construites comme étant irréconciliables. Or, je pense tout l’inverse ». Macron s’est ensuite attaqué à un terrain sensible et dangereux, celui des relations algéro-françaises. En effet le patron de l’Elysée n’a pas hésite pas d’évoquer une « haine de la France ». Il essaie de se rattraper ensuite en disant qu’il ne pointait pas la « société algérienne dans ses profondeurs, mais du système politico-militaire qui s’est construit sur cette rente mémorielle ». Macron va encore plus loin en affirmant que « le système algérien est fatigué ». Il assure que « le Hirak l’a fragilisé ». Et d’ajouter, « j’ai un bon dialogue avec le président Tebboune, mais je vois qu’il est pris dans un système qui est très dur ».

Lire cet article  Réaction du ministère de la défense dans l'affaire du sous-marin Israélien


Pour ce qui en est de la réduction du visa !

Concernant l’affaire de la réduction des visas français pour les Algériens, Emmanuel Macron ne manque pas de faire encore une autre déclaration fracassante. Il affirme que cette décision ciblera le « milieu dirigeant », et que « il n’y aura pas d’impact sur ce qu’on évoque ». Macron assure que les étudiants et les acteurs économiques ne sont pas visés par la réduction des visas. Il n’hésite pas a déclaré cependant que « on va plutôt ennuyer les gens qui sont dans le milieu dirigeant, qui avaient l’habitude de demander des visas facilement ». « Si vous ne coopérez pas pour éloigner des gens qui sont en situation irrégulière et dangereux, on ne va pas vous faciliter la vie », a souligné Macron .

Lire cet article  Lamamra à New York : l’Algérie dénonce une « montée du populisme »


La Turquie au cœur d’un conflit Franco-algérien ?


Macron s’élance et ne compte plus s’arrêter. Alors que les relations entre l’Algérie et la France étaient au cœur du débat, le président Français évoque la Turquie. Il commence par affirmer que l’histoire algérienne a été  « totalement réécrite ». Il précise ensuite  qu’elle ne «s’appuie pas sur des vérités » mais qu’elle « repose sur une haine de la France ». Selon Macron, cette « désinformation » et cette « propagande » sont portées par les Turcs.
« Moi, je suis fasciné de voir la capacité qu’a la Turquie à faire totalement oublier le rôle qu’elle a joué en Algérie et la domination qu’elle a exercée. Et d’expliquer qu’on est les seuls colonisateurs, c’est génial. Les Algériens y croient », lâche encore Macron.
Le président Français n’a pas hésité à s’interroger sur l’existence d’une nation algérienne avant la colonisation française. « Est-ce qu’il y avait une nation algérienne avant la colonisation française ? Ça, c’est la question », a-t-il lâché.

Abonnez-vous à notre chaine youtube

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

+ RECENTS